MYSRAËL
Artiste contemporaine


HomeBiographyExhibitions and EventsTestimonialsPressJewish ArtJewish Art 2Jewish Art 3Creation 2012Créations 2013 à 2016Motion and dancersAbstractMiscellaneousLandscapesNudesMon atelier et ma galerieExpo de Claix - 3-4/2009Food Art 2013

Hommage à Mysraël de Henri Lasserre sur Youtube



remi_mogenet.jpg

Rémi Mogenet
Ecrivain et poète

La Mystique juive en couleurs sublimes

Myriam Israël-Meyer est peintre ; cela en fait un auteur de tableaux : la couleur se manie comme les mots. Elle est bourguignonne d'adoption, et habite Coppet, dans le canton de Vaud, et à la suite de Madame de Staël, mais elle travaille à Saint-Julien-en-Genevois. On pourrait croire que le lien avec la Savoie est ténu, mais Myriam
Israël-Meyer avoue ne pas saisir ceux qui rejettent la culture du lieu et est prête à l'accueillir selon les circonstances. Ouverte sur le monde, quelles que soient ses formes, elle a la chance d'avoir eu pour père un Résistant du Sud-Ouest de la France, et de faire de la très
belle peinture.
Ses sujets de prédilection sont divers ; mais le nu et la mystique juive dite hassidique dominent. Elle a exposé ses tableaux l'an passé au Salon du Livre de Genève.
Son inspiration hassidique est liée à un courant mystique juif qui s'est manifesté pour l'essentiel au XVIIIe siècle dans les pays d'Europe centrale, au sein de la branche ashkénaze, de langue yiddish, qui est une variation communautaire de l'allemand. Dans ces contrées romantiques, souvent de langue slave, allaient, de ville en ville, à la façon des Tziganes, les musiciens-danseurs du klezmer ; pour eux, l'art permettait de communier avec la divinité, y compris dans son expression la plus populaire, de nature quasi folklorique, et ils offraient leurs services pour embellir des mariages, célébrer des naissances, accompagner les morts à leurs tombeaux.
Des formes ressemblant à des silhouettes semblent marcher sur les airs en jouant du violon ou en accomplissant des rituels parmi des couleurs qui s'enroulent, souvent constellées d'éclats sacrés. La
spirale qui emmène vers les hauteurs brillantes emporte les danseurs dans son vent, un peu comme chez Chagall. Le bleu est parsemé de jaune,les vêtements des klezmorim ont des teintes qui les font ressembler à des taches passant dans un monde de rêve. Parfois, même, les poses
naïves semblent comiques ; mais sous cet art apparemment simple et spontané, il faut voir la recherche d'un enivrement mystique qui emporte vers les astres.
Car les lignes dorées que créent d'énergiques coups de pinceau peuvent être verticales, quand il s'agit de fils pieux menant leurs pères vieux et malades à la prière, près d'un mur qui se perd dans le haut du cadre sans perspective aucune, semblant disparaître dans un
zénith infini. Est-on condamné à errer sur terre, sans accès à l'au-delà? En réalité, c'est le feu intérieur qui s'éveille au contact de la frontière sainte, et qui illumine les habits, les barbes, les fronts. Ici, l'initiation se fait par les seules voies de la psyché. La
réflexion intellectuelle même éclaire les âmes depuis ses tréfonds.
Les rondes, les violons, les chants, les lectures pieuses semblent émaner d'un lieu obscur et dans le même temps plein de chaleur; or, l'or les couvre, comme s'ils naissaient du mystère en conservaient la marque. Sous l'apparence des différentes fonctions sacerdotales qui
marquent la religion juive, se cachent des mages, des adeptes, des initiés ; leur vraie nature apparaît grâce aux couleurs virevoltantes et aux formes fantomatiques que leur a données Myriam Israël-Meyer. Sans doute, cela semblera spécialisé à celui qui n'est pas familier de cette
tradition. Mais, d'une part, quelle autre tradition peut s'en dire aujourd'hui détachée complètement ? D'autre part, dessous vit une humanité profonde, à laquelle nul ne peut rester insensible, grâce au talent d'un peintre magnifique.

Rémi Mogenet
Ecrivain et Poète

14052009.jpg

JERUSALEM (vue partielle)

Huile sur toile

80 x 200cm

Vos tableaux sont toujours une invitation au voyage et celui là m'a fait voyager à la fois dans un délire onirique mais aussi dans l'histoire de l'humanité , la mémoire la transmission des " histoires " de famille avec sa part de fantasmes et de réel. Ce tableau est magnifique et je suis certaine qu'il aura beaucoup de succès. Votre travail est magnifique,  j'y vois un rêve qui commence avec les couleurs de la nuit: bleu et blanc, le rêve n'a pas encore pris forme puis peu à peu tout s'organise et  la couleur arrive; le rêve est en couleur mais  aussi avec un effet sonore la musique des violons vous accompagne jusqu'au bout de ce rêve qui se termine par le renouveau, l'espoir et l'envie de recommencer avec la présence d'un enfant qui passe de main en main. Mais peut être est ce  aussi la mémoire que l'on se transmet d'une génération à l'autre au sein d'une famille et alors le rêve ne serait qu'un arbre généalogique complexe mais qui a ses racines ancrées dans la naissance de l'humanité. Voilà tout ce que m'inspire votre tableau ....

 

 

Patricia Buer - Proviseure - Belley